• National
  • L’emploi dans le secteur

Travail, emploi, domicile : incubateur(s) d’une migration citoyenne inclusive ?

Sur le plan historique et géographique, la France est un pays d’immigration. Dès la seconde moitié du XIXe siècle, une immigration européenne est venue répondre aux besoins de main-d’œuvre lors de la révolution industrielle. Cette tendance historique est appelée à se poursuivre face aux défis démographiques, économiques et climatiques de notre siècle.
Le secteur de l’emploi à domicile, directement concerné par les parcours migratoires que traversent nombre de ses salariés, s’emploie à créer les conditions futures et facilitatrices à leur inclusion au sein de la société française. La conférence de consensus, dès les 28 et 29 juin 2023, s’inscrit dans cette volonté du secteur d’ouvrir des perspectives dans sa capacité à apporter des solutions.

 

Qu’est-ce qu’une conférence de consensus ?

Inspiré d’un modèle danois né au milieu des années 1980, la conférence de consensus est une méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d’aider à la prise de décision. Cette méthode consiste à faire auditionner par un jury des experts intervenants sur une thématique spécifique. Ces auditions sont ouvertes et peuvent être suivies par un public, constitué notamment de professionnels. A l’issue de ces auditions, le jury doit élaborer une série de préconisations concrètes.

La conférence de consensus doit permettre de dresser un état des connaissances et constituer une aide scientifique à la décision à travers les débats et l’aboutissement d’un texte consensuel.

C’est la 3e fois que la Fepem organise, au nom du secteur des particuliers employeurs et de l’emploi à domicile une telle démarche : en 2014, le domicile comme enjeu sociétal majeur était au cœur des débats ; en 2019, le thème portait sur les nouvelles formes du travail, les enjeux associés et les perspectives de construction de nouveaux modèles adaptés aux attentes de la société de demain.

Cette année, un collectif d’experts sera présent pour aborder en profondeur, le sujet suivant :
Travail, emploi, domicile : incubateur(s) d’une migration citoyenne inclusive ?

 

Pourquoi la Fepem est-elle engagée dans cette démarche ?

Dans un secteur en tension (800 000 postes à pourvoir d’ici à 2030), qui promeut l’emploi déclaré, la fédération œuvre pour sécuriser la relation de travail entre l’employeur et le salarié, et participer activement en tant qu’acteur de la société civile au processus d’accueil, d’intégration et de professionnalisation de salariés nés à l’étranger.

Historiquement caractérisé par une grande diversité, avec plus d’un salarié sur cinq né à l’étranger, le secteur des particuliers employeurs compte 1,3 million de salariés employés par 3,3 millions de nos concitoyens. Ce modèle d’emploi repose sur un lien de grande confiance entre employeurs et salariés, avec des contrats d’une durée moyenne de sept ans, et agit comme un vecteur d’inclusion autant que d’acquisition de compétences professionnelles et culturelles.

Il offre des perspectives d’emploi dans des métiers de forte cohésion sociale et d’utilité publique. Qu’il s’agisse de l’accompagnement de la perte d’autonomie avec les assistants de vie, ou des employés familiaux, ou encore du domaine de la petite enfance avec les assistants maternels et les gardes d’enfants, l’emploi à domicile recouvre des métiers vecteurs de lien social.

Les particuliers employeurs souhaitent participer à cette inclusion : 64 % d’entre eux¹ considérant que leur démarche est un facteur d’intégration pour les personnes étrangères et 71 % estimant qu’employer une personne d’origine étrangère est une source d’enrichissement culturel.

 

Comment la Fepem s’emploie-t-elle à améliorer la situation de l’emploi des personnes nées à l’étranger dans le secteur ?

Depuis le 1er congrès national de l’emploi à domicile, à Marseille, en juillet 2021, la Fepem mobilise les acteurs du secteur ainsi que les partenaires institutionnels (préfecture des Bouches du Rhône, la ville de Marseille, l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII), Pôle emploi, la région Sud Paca préfecture) autour de l’expérimentation du « Lab Migration ». Celui-ci vise à proposer aux personnes nées à l’étranger en situation régulière, un parcours inclusif et individualisé, et une professionnalisation, axée sur la maîtrise de la langue française, les compétences métiers du secteur de l’emploi à domicile et la citoyenneté.

Marseille, deuxième ville de France, en est le laboratoire avec le lancement du premier projet pilote en mars 2022. La première promotion de stagiaires vient d’achever son parcours de formation et est actuellement accompagné dans son entrée vers l’emploi. À la suite de la conférence de lancement du 30 mai 2023, en présence d’Olivier Dussopt, ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, un deuxième pilote s’installe, dès cet automne, en Île-de-France.

Une nouvelle étape sera franchie avec la conférence de consensus. Ce temps de contribution scientifique et d’échange entre universitaires et experts visera à mettre en discussion les pratiques de terrain et les éclairages théoriques issus des différents champs de recherche.
Au programme de cette conférence, les intervenants se concentreront sur les thématiques suivantes :

  • Parcours migratoires : comment le travail et l’emploi contribuent-ils à la réciprocité économique et sociale ?
  • En quoi le domicile est-il facteur d’intégration sociale et culturelle dans un parcours de migration ?
  • Les femmes sont-elles des migrantes comme les autres ?

A l’issue des débats, un texte de consensus, partagé par l’ensemble des participants sera adopté et fera l’objet d’une publication ultérieure. Le secteur puisera dans ces travaux scientifiques les connaissances sur lesquelles il pourra s’appuyer pour construire les projets du futur.

 

(1) Enquête Fepem-Ipsos, juin 2021

A lire aussi

Sur le même thème