• L’emploi dans le secteur

L’emploi à domicile et la contribution citoyenne, grands absents du rapport EL KHOMRI

  • La FEPEM salue le rapport sur les métiers du grand âge remis par Myriam EL KHOMRI à la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès BUZYN, mais déplore l’absence du secteur de l’emploi à domicile entre particuliers (emploi direct et mandataires), première solution d’accompagnement des personnes dépendantes à domicile
  • Les personnes âgées et en situation de handicap employeurs, et le domicile, doivent être considérés comme les premiers contributeurs des politiques publiques du grand âge, et l’utilité des professionnels assistants de vie mieux reconnue
  • Pour cette raison, la FEPEM propose un rapport complémentaire spécifiquement dédié au secteur de l’emploi à domicile
  • La FEPEM confirme enfin comme prioritaire la mise en place par les politiques publiques d’un tarif socle national APA (allocation personnalisée d’autonomie) pour l’emploi direct et mandataire, afin de simplifier l’accès à ce mode d’accompagnement sur tous les territoires

Paris, le 29 octobre 2019 – La Fédération des Particuliers Employeurs de France (FEPEM) s’étonne et s’inquiète de constater que l’emploi à domicile entre particuliers (emploi direct et mandataire), première solution d’accompagnement de la dépendance à domicile sollicitée par les citoyens, n’ait pas été traité par le rapport sur les métiers du grand âge remis aujourd’hui par Myriam EL KHOMRI à la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès BUZYN. Les 137 450 professionnels ETP (en équivalent temps plein) intervenant auprès de plus d’1 million de particuliers employeurs âgés et en situation de handicap ne sont donc pas concernés.

La FEPEM salue une étape importante pour les acteurs concernés mais regrette que le rapport ne propose pas une vision globale des solutions, conformément au principe de libre choix du mode d’accompagnement des personnes dépendantes à domicile.  

« Les conclusions du rapport ne se limitent qu’à une partie de l’accompagnement des personnes dépendantes et ne répondent pas en ce sens à la totalité des besoins. L’emploi à domicile est exclu, et reste à la périphérie des problématiques évoquées, alors qu’il est au cœur du quotidien des Français. Les citoyens doivent donc être considérés comme les premiers contributeurs des politiques publiques du grand âge. Il faut avant tout remettre la personne au cœur du parcours de vie. Et ce parcours de vie passe par le domicile. Pour cette raison, je demande à la Ministre Agnès BUZYN de me confier un rapport complémentaire spécifiquement dédié à l’attractivité du secteur de l’emploi à domicile, avec le soutien de Myriam EL KHOMRI », a commenté Marie Béatrice LEVAUX, Présidente de la FEPEM.

La FEPEM appelle une nouvelle fois de ses vœux que la future loi « grand âge et autonomie » intègre enfin l’emploi à domicile comme contributeur associé à la politique publique du vieillissement et comme solution incontournable aux besoins des citoyens.

« Nous veillerons à ce que la légitimité des métiers d’assistant de vie soit reconnue par la société, au même titre que les professionnels intervenant au sein de structures. Cela passe notamment par l’accompagnement des régions aux enjeux de professionnalisation de notre secteur, qui doit être renforcé pour faire face aux besoins des centaines de milliers de particuliers employeurs concernés dans les 10 prochaines années. Au-delà, ce sont 153 800 emplois ETP que nous devons créer à horizon 2040 pour prendre en charge l’évolution des besoins des citoyens âgés employeurs à domicile », a ajouté Marie Béatrice LEVAUX.La FEPEM demande en outre à mettre fin aux disparités de tarifs APA appliqués à l’emploi direct et mandataire d’un territoire à l’autre, grâce à la mise en place d’un tarif socle national, qui permettrait à chacun de savoir ce à quoi il a droit, de façon homogène et simplifié.

A lire aussi

Sur le même thème