• Normandie
  • La petite enfance

La Fepem Normandie et la CAF du Calvados renouvèlent leur engagement au service de l’accompagnement des 62 Relais petite enfance du département

En avril dernier, la CAF du Calvados a validé la poursuite de ce partenariat qui, depuis 2022, permet aux professionnels des Relais petite enfance (RPE) du Calvados de bénéficier de l’expertise de la Fepem, sur le cadre légal et conventionnel de l’accueil individuel des jeunes enfants.

L’objectif commun de cette collaboration s’inscrit en accord avec les axes de la convention nationale signée en février entre la Fepem et la CNAF, visant notamment à soutenir les animateurs de RPE dans leurs missions d’information et d’accompagnement des familles qui ont recours à un mode d’accueil individuel.

Dans le Calvados, ce sont 14 691 parents employeurs concernés, qui emploient 3 559 assistants maternels et 700 gardes d’enfants à domicile. [1]

Mise à disposition d’un outillage complet pour répondre au mieux aux besoins des RPE du Calvados

Cette convention entre la Fepem Normandie et la CAF du Calvados propose :

  • des sessions d’informations et d’étude de cas destinées aux animateurs des RPE,
  • un appui juridique par téléphone pour sécuriser les réponses des animateurs de RPE dans le cadre de situations concrètes,
  • un accompagnement juridique pour certains parents employeurs qui en auraient besoin.

2ème CAF de France à tester le Forum pro

Après une phase expérimentale concluante menée avec la CAF du Nord, la Fepem déploie cette année, auprès des CAF, le service « Forum Pro ». Ce dernier permet aux animateurs de RPE d’accéder à une communauté numérique et d’échanger avec des conseillers en ligne, pour obtenir des réponses écrites de 1er niveau, accessibles à tous et partagées au sein d’un réseau départemental de RPE.

Le forum pro s’accompagne d’un espace documentaire composé de dossiers juridiques et de jurisprudences thématiques sur l’accueil individuel des jeunes enfants.

[1] Données IRCEM et Urssaf Caisse nationale 2022, traitement par l’Observatoire de l’emploi à domicile